• On n'a pas compris la portée de la victoire du non

    Henri Emmanuelli, député PS des Landes, a estimé lundi qu'"on n'a pas compris la portée" de la victoire du non au référendum constitutionnel européen du 29 mai 2005, affirmant que "ceux qui sont en responsabilité" n'en ont tiré "aucune conclusion".

    "Le 29 mai, je pense que ç'aura été une date importante et qu'on sous-estime encore aujourd'hui un an après le poids de cette décision", a-t-il déclaré sur RTL.

    "Le processus de ratification se poursuit contre toute évidence d'ailleurs, mais on évite soigneusement de faire voter les pays qui voteraient non", a-t-il dit.

    "Autrement dit, on fait semblant et on reste dans le semblant. On n'a pas compris la portée du 29 mai", a affirmé M. Emmanuelli.

    Selon lui, "c'était le rendez-vous des citoyens donné à l'Europe et la Commission, qui n'en a tiré d'ailleurs aucune conséquence politique. Parce qu'à Bruxelles comme à Paris, on s'asseoit sur le principe de responsabilité politique, on continue comme si de rien n'était".

    La panne actuelle de l'UE, a jugé M. Emmanuelli, "c'est la faute de ceux qui sont en responsabilité, qui n'ont tiré aucune conclusion et qui continuent à faire les autruches. Et ça c'est dangereux pour l'Europe".

    "Il faut un plan de relance, il faut un budget qui vienne à 2% du PIB, il faut entamer une discussion sur un traité social, il faut une harmonisation fiscale et il faut ensuite un nouveau texte constitutionnel approuvé par les opinions publiques qui sera plus réduit et qui se limitera à dire qui fait quoi et comment on décide", a-t-il déclaré.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :